Sélectionner une page

Miel, églantine, lavande, thym citroné, litchi, truffe blanche. Voici l’explosion de saveurs de la dernière cuvée de Constantia que j’ai eu la chance de déguster. Ce vin blanc doux mythique produit près de Cape Town a fait la renommée du vignoble d’Afrique du Sud dés le XVIII° siècle, alors qu’il était servi aux plus grandes tables d’Europe.

Pour la petite histoire…

La tradition vigneronne en Afrique du Sud remonte à plus de 300 ans. La première vendange date de 1659, au moment de l’établissement des premiers colons européens dans le pays. La viticulture balbutiante prend alors son essor sous l’impulsion des hollandais, et des Huguenots français ayant fuit en 1688, suite à la révocation de l’édit de Nantes.

Débute alors une période tourmentée. A la fin du XIX° siècle, le phylloxera ravage le vignoble sud africain, puis les vins sont boycottés pendant toute la période de l’Apartheid, au même titre que le reste de la production du pays.

Ce n’est que dans les années 1990, après plus d’un siècle de silence, que les vins sud africains reprennent une vraie place dans le paysage viticole mondial.

Et que boit-on ?

Depuis une vingtaine d’années, de considérables efforts ont été fournis par les producteurs installés en Afrique du Sud et la qualité des vins s’en ressent nettement.

Parmi les plus représentatifs, on déguste aujourd’hui en blanc de très belles cuvées de chardonnay, sémillon, chenin et riesling, tandis qu’en rouge, le cépage star est le pinotage (croisement entre le pinot noir et le cinsault). La syrah, le cabernet sauvignon, le merlot sont aussi bien implantés.

Cependant un fort clivage entre le meilleur est le pire reste très marqué, et les bouteilles de qualité se font encore rares sur le marché français, qui importe les vins étrangers avec, disons, parcimonie. Cocorico.

Aussi si vous avez la curiosité (et je vous le souhaite!) de vous pencher sur cette belle terre viticole d’Afrique du Sud, renseignez vous bien, pour ne goûter que le meilleur !!!