Sélectionner une page

La robe du vin désigne son aspect visuel. Le vin se déguste d’abord avec les yeux, et cette première étape donne des indications sur le vin que l’on s’apprête à boire.

Sa couleur offre des indices sur son évolution : un vin blanc pâle aux reflets argentés ou dorés est plutôt jeune, et il tire vers des teintes vieil or ou ambré lorsqu’il vieillit. Un vin rouge jeune a des reflets violine, puis il passe par un rouge cerise pour finir sur une teinte brique ou tuile.

On parle également de la profondeur de la robe, ou son intensité. Elle se traduit par plus ou moins de transparence. Par exemple entre deux vins rouges, un malbec est toujours plus profond qu’un pinot noir.

La limpidité du vin et sa brillance apporte des éléments quant à d’éventuels défaut. Mais attention ! un vin trouble ou présentant du dépôt est parfois simplement volontairement non filtré !

Enfin, la densité du vin donne des indice sur sa texture en bouche, notamment en terme de gras et de rondeur. Plus le vin est dense, plus il accroche à la parois du verre. (C’est ce que l’on appelle les larmes, les jambes ou les cuisses.)