Sélectionner une page

L’histoire commence en 1152, lorsqu’Aliénor d’Aquitaine épouse Henri II d’Angleterre. Ce mariage rattache l’Aquitaine au Royaume d’Angleterre, offrant au port de Bordeaux un superbe débouché. Bordeaux devient la principale voie d’exportation vers l’Europe du Nord, par l’Atlantique. S’ouvre alors pour les vignerons bordelais une époque faste.

En bons commerçants, ils contrôlent les entrées et sorties du port, et en particulier la distribution des vins des venus du Haut Pays toulousain, notamment les vins de Gaillac.

En effet, il n’aura échappé à personne que la ville de Gaillac est située au beau milieu des terres. Avant l’avènement du chemin de fer, la seule voie de commerce était donc la rivière, en l’occurrence le Tarn, puis la Garonne, qui conduisaient les marchandises vers Bordeaux. C’est ici qu’entre en jeu la gabare, bateau à fond plat qui transportait les tonneaux de vins sur les rivières.

Ces fameuses gabares arrivaient donc à Bordeaux chargées de vins du Haut Pays. Le vin était alors exporté par les négociants bordelais, sous le nom de « vins de Gaillac », mais également assemblés à leurs propre production lorsque celle-ci était trop légère. On parlait alors de « vins médecins », utilisés en fortifiants pour les vins de Bordeaux.